- Collectif de réflexion pour un sociotope sans argent -

Ce blog est officiellement édité par La Désargence : Visiter notre site

Lettre d'information

Pour être tenu informé des publications de la Désargence,
il vous suffit de vous inscrire à notre lettre d'information.

S'inscrire

Exister en location

mercredi 3 juin 2015, par JPL

Le capitalisme s’approprie nos usages et nous impose la location perpétuelle !

Ce ne sont plus les révolutionnaires qui portent les estocades les plus fortes à la propriété privée !Les attaques les plus rudes contre la propriété privée ou même coopérative sont réalisées aujourd’hui par toutes les initiatives capitalistes de nouveaux services basés sur l’usage de biens contre facturation,
L’usage est détaché de la propriété de biens et nous pourrions applaudir des deux mains si ce détachement de la propriété était géré au profit de la collectivité.
Tel n’est hélas et évidemment pas le cas quand il s’agit non plus seulement de louer son lieu d’hébergement, mais aussi son vélo, sa voiture, ses équipements ménagers ou son outillage...
On pourrait dire : rien de bien nouveau ! Pourtant c’est l’ampleur du phénomène avec son développement évidemment lié pour partie à la crise qui doit inquiéter.

Hier le crédit-bail laissait envisager la propriété d’un bien mobilier à l’issue d’une période de location.
Ce n’est plus de cela qu’il est question pour aujourd’hui et pour nos lendemains, mais de voir la propriété privée, à quelque titre que ce soit - y compris collective sous forme coopérative... et demain collective sous forme Etatique - disparaître. Ceci au profit de droits d’usages totalement marchandisés pour/sur l’ensemble des activités humaines.

Des sites internet sont disponibles, non pas seulement pour co-voiturer contre monnaie, mais aussi pour le prêt contre paiement de tout et rien entre particuliers.
En cela seules aujourd’hui les limites fixées par les bonnes mœurs et le Code Pénal constituent encore un rempart ultime.

L’extension du domaine marchand avance à grands pas. Ce qui doit interroger n’est plus seulement de devoir vivre à crédit, mais aussi de devoir vivre l’ensemble de sa vie en location(s) perpétuelle(s).

JPA

PROSPER : la revue qui abolit la monnaie !
Revue PROSPER n°27