- Collectif de réflexion pour un sociotope sans argent -

Ce blog est officiellement édité par La Désargence : Visiter notre site

Lettre d'information

Pour être tenu informé des publications de la Désargence,
il vous suffit de vous inscrire à notre lettre d'information.

S'inscrire

La transition énergétique…

dimanche 18 janvier 2015, par JFA

Un lecteur du roman Le Porte-Monnaie s’est étonné du chapitre décrivant l’organisation de la centrale électrique. S’appuyant sur l’excellente étude du collectif Négawatt, il me déclare que la transition ne pourrait se faire aussi simplement car il manquerait environ 20% par rapport à la production actuelle d’électricité. Il faudrait alors faire appel à la responsabilité de l’usager qui devra limiter ses écrans plats, la fréquence de ses déplacements, le degré de chauffage et de climatisation des habitations, soit une acceptation de la sobriété qui, même heureuse, semble impossible à susciter rapidement.
Cette objection m’est apparue idéalement symptomatique de l’incapacité à résoudre un problème avec les outils qui ont engendré ce même problème. Mon interlocuteur pensait en effet la transition énergétique dans le cadre du système actuel, avec le mode de consommation d’un monde “argentique”, avec une production soumise aux dictats de la rentabilité, de la concurrence, du centralisme… Or, si nous imaginons un système débarrassé de l’encombrant outil monétaire, que deviendrait notre consommation en électricité et son mode de production ?
- La publicité dans un monde a-monétaire n’aurait aucun sens puisque le seul enjeu serait de donner à tous l’accès aux biens et services, sans mise en concurrence. Or il s’agit d’un secteur financier énorme (environ 500 milliard de dollars US, 1% du PIB mondial) fort consommateur d’énergie primaire (éclairage des panneaux, des enseignes…), secondaire (transformation des produits, imprimerie, gestion…). Curieusement, on trouve difficilement d’études précises sur l’équivalent en mégawatts de la publicité. Mais peu importe, avec un tel budget (qui au passage représente le montant nécessaire pour régler la faim dans le monde et le problème de l’accès à l’eau potable), on imagine bien l’économie immédiatement faite dans notre consommation d’énergie en cas de suppression de la monnaie !
- L’obsolescence programmée, divise la durée de vie de tous les produits manufacturés par trois, cinq parfois dix. Or cette pratique visant à limiter la fiabilité des objets pour doper la production n’aurait aucun sens en désargence. Là non plus, aucun chiffrage n’a été réalisé, mais l’économie serait certainement fabuleuse si l’on arrêtait de fabriquer du jetable au bénéfice du durable.
- La circulation monétaire elle-même réclame une énergie considérable. Si l’on additionne les factures d’électricité de toutes les compagnies d’assurances, des services de comptabilité, d’impôts, de contrôle de la propriété…, on réalise à nouveau une substantielle économie.
- Le pourcentage de perte en ligne dans le transport de cette énergie, du fait de la centralisation des sources, est estimé à 15% selon EDF, à 20% selon des sites indépendants. En désargence, nous aurions tout intérêt à relocaliser les centres de production, ce qui ramènerait les pertes, inévitables sur tout circuit, à des proportions bien plus basses (5 à 8%).
- Enfin, le passage de la civilisation marchande à celle de l’accès aurait pour effet immédiat de réduire les transports des personnes (puisque plus rien n’empêcherait d’habiter près de son lieu d’activité) des produits (puisqu’il n’y aurait plus aucun intérêt à faire parcourir des milliers de kilomètres à nos pots de yaourts).
Il nous manquerait 20% de l’électricité nécessaire, nous disent les techniciens de Négawatt. Actuellement ils ont raison, mais en désargence, du jour au lendemain, la consommation nécessaire baisserait certainement de plus de 20% si l’on additionne toutes les causes ci-dessus décrites. En outre, la courte liste que je viens de dresser pour vous n’est pas exhaustive. Par exemple, j’imagine que, hors brevets et monopoles industriels n’ayant de sens que dans un cadre monétaire, on trouverait vite des techniques abandonnées, des inventions boycottées, faute de profits financiers suffisants. A vous donc d’imaginer d’autres économies énergétiques pour l’après monnaie….

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?